Reconstruction mammaire à Bordeaux

La mastectomie ou mammectomie (les termes sont synonymes) correspond à l’ablation de la glande mammaire, d’un fuseau de peau et de l’aréole. Elle reste malheureusement nécessaire dans certaines formes de cancer du sein. Une demande de reconstruction mammaire est tout à fait légitime après une mastectomie.

L’intervention chirurgicale a pour but de reconstituer le volume et les contours du sein par la mise en place d’une prothèse interne au dessous du muscle pectoral.

Elle ne constitue que l’un des temps de la reconstruction mammaire complète qui comporte en outre selon les désirs de la patiente, une reconstruction de l’aréole et du mamelon et éventuellement une intervention sur le sein controlatéral pour améliorer la symétrie.

Reconstruction mammaire à Bordeaux, les principes

Chirurgie des seins ou reconstruction mammaire

La cicatrice de mastectomie se réutilise comme voie d’abord en cas de reconstruction ; D’autre part, si elle peut être parfois améliorée, il reste impossible de la faire disparaître.

L’intervention consiste à mettre en place une prothèse interne. Elle est positionnée le plus souvent sous la peau et le muscle pectoral. Dans les cas les plus simples, la prothèse devient permanente.

Dans certains cas, il peut s’agir d’une prothèse temporaire d’expansion tissulaire. Elle se destine à accroître la quantité des tissus de couverture (peau, muscle) de la prothèse permanente. Ainsi, elle donne un aspect plus naturel au sein reconstruit.

Parfois l’utilisation d’un lambeau musculo-cutané peut s’avérer nécessaire, surtout s’il y a eu radiothérapie. Le chirurgien utilise alors le grand dorsal-droit de l’abdomen. Les prothèses utilisées dans ces cas sont anatomiques. L’opération est réalisée dans l’une des cliniques où intervient le docteur Legaillard. L’équipe du cabinet vous accompagne tout au long du processus.

En pratique

  • Opération réalisée sous anesthésie générale
  • 2 à 3 nuits d’hospitalisation
  • Pansements ou soutien gorge durant 3 semaines
  • Reprise du sport entre 3 et 6 semaines
  • Prévention des risques cicatriciels
  • Suivi post-opératoire régulier